Je n'ai pas baissé les bras, j'avais encore mon stock et j'ai, en adéquation avec mes principes, rejoint la Scop Césame pour poursuivre mes activités d'une part dans un cadre plus itinérant (festivals, salons du livre, etc.) et d'autre part avec une clientèle différente (associations, lycées, collèges, CE, bibliothèques, CDI, etc.) L'intérêt de cette coopérative d'activité et d'emploi (CAE), créée comme la librairie en 2006, était que chacun de ses membres pouvait se concentrer sur sa propre activité et que toutes les tâches administratives étaient mutualisées. D'un autre côté, nous n'étions plus chacun tout seul dans notre coin, nous pouvions nous entraider, nous donner des conseils, voire même, sur certains projets, travailler ensemble. C'était une ambiance très agréable et stimulante. Au bout de six mois, les affaires marchaient bien et je dégageais enfin un bénéfice. Malheureusement, fin 2012, à la surprise générale des coopérateurs, jusque là tenus dans l'ignorance de la situation financière réelle de Césame par la gérance et le conseil d'administration, la coopérative fut liquidée par le tribunal administratif. Sans rentrer trop dans le détail, il faut savoir que cette coopérative dépendaient de subventions pour payer des permanents en contrepartie desquelles elle s'engageait chaque année à un certain nombre de recrutements, des chômeurs en moins, et de créations d'entreprise, donc de démissions ! Or ces critères, imposés par l'Europe, l'État et la Région, sont absurdes pour une coopérative dont la raison d'être est de développer son sociétariat. Et à cette absurdité, qui ne simplifiait pas la gestion de Césame, s'est ajouté un manque de transparence dans le fonctionnement de la scop, des défaillances de la gérante et, suite à la crise, une baisse du montant des subventions et la suppression de techniques bancaires permettant d'en attendre, parfois plusieurs années, le versement... Ainsi, malgré le succès des entrepreneurs coopérateurs, qui eux ne dépendaient pas des subventions et payaient intégralement le poste de la secrétaire comptable, la liquidation à plus ou moins court terme devenait inéluctable ; merci à cette économie folle d'avoir une seconde fois brisé mon rêve !

Le métier de libraire étant une profession régulée, et heureusement sinon il n'y aurait plus aucun indépendant, je ne peux plus l'exercer, car il me faudrait reprendre un bail commercial et je n'en ai plus les moyens, ni l'envie vu le contexte économique aggravé par les politiques d'austérité. Il est donc temps de clore ce blog et de remercier du fond du cœur tous les fidèles du Comptoir des Rêves qui nous ont soutenus ces six dernières années. J'aimerais finir en vous laissant la parole. Merci, ça fait chaud au cœur !

C'est trop triste comme nouvelle, votre magasin était pour moi un endroit de féerie et de rêves. À très bientôt, je vais vous regretter.

Je suis désolée pour vous deux de la fermeture de votre espace si spécifique, humain, accueillant et chaleureux.

Je suis abasourdie par ce que je viens de lire. Je tiens à vous remercier du bel accueil réservé à "La Parolière" pour chacune de ses racontées dans votre belle librairie.

Ça fout les boules ! ma boutique préféré va fermer :-( toute cette culture qui s'en va ! j'ai pas envie de donner mes sous aux grandes surfaces du livre moi, j'ai envie de contribuer avec mes modestes euros à faire tourner des boutiques où il y a du conseil, où on sens que le type qui vous parle aime ce qu'il fait et qu'il le fait avec son cœur et passion ! merde !!!! pas envie d'acheter mes bouquins en supermarché, si impersonnel et froid, si commercial !!!!

C'est triste que vous fermiez, on a passé de bons moments dans votre librairie.

Je vous ai connu par ce lieu. Je pense que la diffusion militante a un rôle important (et croissant) à jouer, et même si je ne suis pas forcément en adéquation avec vous sur tous les thèmes, je sais reconnaître la valeur de votre travail.

Merci pour tout.

Je ressens une grande déception et ne serai pas la seule personne à partager ce sentiment. C'est un plaisir affectif de partager dans votre établissement quelques heures en votre compagnie, à travers les rendez-vous diversifiés que vous nous offrez.

Nous sommes plusieurs à être un peu scotchés face à cette annonce. Que le sourire vous accompagne.

Fait chier ! J'espère qu'on aura l'occasion de se croiser de temps en temps. Le Comptoir des Rêves est mort, vive Le Comptoir des Rêves.

Merci pour tout et bonne chance pour la suite.

Je suis sincèrement désolée que vous ne puissiez continuer à faire vivre pleinement ce lieu, car tu es une personne de valeur et de cœur... Je te souhaite de continuer à vivre dans la passion qui t'anime et te souhaite toute l'énergie qu'il faut.

Je vous accompagnerai par la pensée avec le souvenir des bons moments musicos passés en votre agréable compagnie au Comptoir des rêves.

Je vous souhaite tout le bonheur mérité en retour de celui que j'ai trouvé à chaque visite dans ce lieu "Au Comptoir des Rêves".

Bonne chance pour vos nouveaux projets.

Ne renonce pas à tes rêves qui sont aussi les nôtres.

J'ai été très contente de vous connaître.

Merci d’avoir programmé dans un si petit espace tant d’artistes et de personnalités intéressantes dans un esprit fraternel.

Buvons !

C'est un triste moment, nous avons une pensée pour vous.

J'espère que vous tenez le coup, je vous envoie plein d'amitié.

La vie m'a démontré qu'il fallait toujours regarder devant soi pour avancer, et savoir garder dans son cœur les bons moments passés auprès de belles rencontres. Votre présence aux rendez-vous musicaux sur Reims et ces instants partagés me manqueront.

Je me joins à vous de tout cœur, cela ne nous empêchera pas de nous revoir bientôt.

Merci à vous pour la nature et la richesse des propositions que vous nous offrez régulièrement. Hors de la librairie, je vous souhaite un bon vent pour la suite du voyage.

Je rentre de vacances et je lis que Le Comptoir ferme ses portes... Dommage pour nous et bon courage pour la suite !

Je tenais à te remercier pour ta gentillesse et ta disponibilité. À toi et ta jolie petite famille, je souhaite bon vent et bon envol vers de nouveaux cieux.

Si triste à cette nouvelle. Bonne route à vous.

Je vous souhaite du beau du bon et du doux pour le temps à venir. Merci pour la belle journée et les chants d'oiseaux : du coup j'y suis plus attentive !

Avec mes remerciements pour les services que vous avez rendu à la culture, et tous mes vœux pour une poursuite harmonieuse de vos activités.